Chapitre 7 – Le dressage

CHAPITRE VII


LE DRESSAGE

Le dressage rend les chiens méchants

Ah bon ? Pourquoi ne pas affirmer aussi que la danse classique rend sottes toutes les gamines qui s’initient au ballet, et que c’est en sciant que Léonard de Vinci ? Allons, parlons sérieusement.

L’éducation du chiot

Dans un premier temps, elle vise à insérer harmonieusement le jeune berger allemand dans notre société. Pour ma part, j’utilise pour cela les trois exercices de base

– contrôle de près, la marche sans tirer sur la laisse, – contrôle de loin, le coucher pas bouger, – contrôle entre les deux, le rappel.

A travers ces trois exercices, je transmets au maître ce qu’il a besoin de connaître pour pouvoir obtenir le même résultat que moi, mais sans moi.

Quand le chien sait obéir au loin et au près, le maître a atteint sa « masse critique » à partir de laquelle il en sait suffisamment pour développer sa propre « réaction en chaîne ». Il peut ensuite évoluer autour de ce savoir-faire initial, et demander à son chien des réponses de plus en plus fines à des demandes de plus en plus compliquées.

Nick von der Wienerau, 1976

La rééducation de l’adulte

Elle a pour but de ramener le chien – et le maître – dans l’harmonie. Je me sers ici aussi des trois exercices de contrôle de base. L’idée, c’est de faire revenir le chien à son statut de subordonné, et de replacer le maître à sa position sociale de chef de meute. Car le chien, contrairement à ce qu’une dérive Nouvel Age voudrait nous faire croire, n’a pas besoin d’avoir un copain. Il a besoin d’un chef. D’un chef de meute bon et gentil, certes, mais d’un vrai patron.

Les dressages

Les dressages enfin, ce sont les entraînements techniques aux différents métiers de notre compagnon à quatre pattes : défense, pistage, troupeau, sauvetage, etc.

Le dressage-qui-rend-méchant, c’est-à-dire, dans l’idée du grand public, le dressage à la défense, présente certains risques. Comme le foot, la plongée, ou le vélo.

Ce n’est pas seulement le déclenchement des mécanismes du mordant qui peut rendre un chien dangereux : frapper un chien, même légèrement, pour le faire obéir, peut suffire pour le rendre dangereux, surtout s’il était peureux au départ.

Si vous avez le bonheur de tomber sur un moniteur compétent pour les leçons de défense, votre chien ne deviendra pas dangereux.

Pour ma part, je prends un certain nombre de mesures pour éviter de rendre un chien dangereux à travers les leçons de défense

1. Sauf dans le cas d’un connaisseur, je ne fais pas de mordant avant que le chien obéisse correctement.

2. Je refuse tout maître qui me semble, lui, dangereux.

3. Je ne bats jamais un chien, ni à l’obéissance bien sûr, ni pour déclencher son mordant. Je préfère frapper le maître. Frapper légèrement, rassurez-vous. Sauf si c’est une dame. Là, je frappe très fort! Mais non, je plaisante…

4. Après la séance où le chien a mordu, ou s’il a bien réagi en déployant envers moi l’agressivité nécessaire, je vais

Lisez la suite sur le site www.AudioTexteVideo.com