Chapitre 5 – Le type physique

CHAPITRE V


LE TYPE PHYSIQUE

Karma vom Ochsentor 1998

S’il est vrai que pour moi le côté admirable du B.A. se situe dans ses résultats au travail, je dois reconnaître qu’indéniablement on peut aimer son aspect physique. Certains amateurs acharnés d’autres races ne ressentent aucune émotion esthétique à contempler un berger allemand, et leur opinion est très respectable, mais, en général, le grand public reste fort séduit à la vue d’un beau berger allemand. Mais, justement,

Qu’est-ce qui fait un beau berger allemand ?

Aux yeux du profane, un beau regard fort et fier, plein du « feu du chien de berger » cher à von Stephanitz, un poil fourni et brillant, bien coloré, révélateur d’une bonne santé, un port de tête haut et attentif, une attitude altière, une bonne ossature des pattes, c’est-à-dire des pattes bien épaisses et bien musclées, une tête large, des oreilles droites, une queue en sabre, forment l’essentiel nécessaire à l’obtention du titre « beau chien plaisant ».

Pour le spécialiste, il faut plus que cela. Écartons d’emblée les phrases d’ordre général du genre « la beauté, c’est l’adaptation à la fonction ». Cela ne veut rien dire de précis.

Détaillons cette silhouette d’un berger allemand : 1.commissure des lèvres 2.babines 3.lèvre inférieure 4.menton 5.truffe 6.chanfrein 7.stop 8.crâne 9.occiput 10.fouet 11.pied 12.genou 13.fourreau 14.pied 15.poignet 16.avant-bras

17.avant-sous-poitrine 18.bras 19.omoplate 20.croupe 21.grasset 22.flanc 23.jarret 24.rein 25.dos 26.garrot

La présentation statique

Le dos est souvent baptisé « ligne de dos » par les juges, qui englobent dans cette formule la chute de l’encolure, le garrot, le dos, la croupe, et la naissance du fouet.

Il doit descendre de l’avant vers l’arrière.

Von Stephanitz a mille fois combattu cette esthétique du dos en descente, affirmant que cela donnait des chiens à dos de hyène. De nombreuses races bergères, telles le berger de brie ou le schnauzer, n’ont pas encore connu cette mode. Rien n’y fait, le berger allemand doit posséder cette caractéristique. Evidemment, sachant ce qu’en disait von Stephanitz, les Allemands continuent à écrire dans leu standard « dos horizontal ». Mais regardez n’importe quelle photo de chien en présentation d’exposition, et dites-moi s’il a le dos horizontal. Essayez d’amener sur un ring d’exposition un chien au dos horizontal à l’arrêt. Vous serez balayé !

Maintenant, l’horizontale n’est plus exigée que dans l’action, ce qui laisse libre cours à toutes les approximations.

Les éleveurs savent brosser les juges dans le sens du poil. Ils présentent le plus possible leurs chiens au bout d’une laisse tendue, pour qu’il ait le dos descendant même en action.

Et je suis prêt à parier que le chien qui, sans laisse, serait capable de marcher avec le dos en pente vers l’arrière battrait ses concurrents de même valeur que lui par ailleurs.

Le garrot, pointe supérieure de l’omoplate, doit être le plus haut possible, dans cette idée de recherche du dos en pente vers l’arrière.

Le coup de hache est un des derniers défauts esthétiques du berger allemand. Il se situe à la chute arrière du garrot, donnant une rupture dans la ligne supérieure du dos. Sur les photos de chiens allemands, le coup de hache est presque toujours retouché. Dans la réalité, il diminue petit à petit, et souvent on ne le voit plus que pendant les périodes de mue.

La croupe représente le dernier mystère de l’esthétique chez le berger allemand. On ne compte plus le nombre de cas où le même chien est noté « croupe courte » avec le juge X, puis « croupe longue et bien inclinée » avec le juge Y !

Les pointes supérieures du bassin doivent se fondre dans l’arrondi de la fin du dos.

Le fouet, autrement dit « la queue », doit tomber un peu en arrière des jarrets, sans tire-bouchonner, même un peu.

La tête, plus large chez les mâles, reste encore le point le moins uniforme chez les champions. Certains ont

Lisez la suite sur le site www.AudioTexteVideo.com